French Chinese (Traditional) Dutch English Japanese Korean Russian Spanish

Découvrez le patrimoine méconnu d’Auvers-sur-Oise en arpentant ses rues…

 

 

 

1- Le Castel Val - The Castel Val

 4 Rue des Meulières, Auvers-sur-Oise

 

 

 

 

Le Castel Val est une villa construite en 1903 par l'architecte Hector Guimard, à qui l’on doit les devantures des stations de métro à Paris. L'adossement d'une partie de la maison et sa forme arrondie évoquent la figure de l'escargot, peut-être une forme de clin d'œil aux goûts zoologiques des propriétaires qui vivaient sur place avec une guenon habillée.

 

The villa Castel Val was built in 1903 by the architect Hector Guimard, who also designed the front entrances of underground stations in Paris. The inclinaison of part of the house and it's round shape evoke the figure of a snail, perhaps an allusion to the zoological tastes of it's owners who lived here with a clothed fermale-monkey.

 

Porte du garage de l’édifice - The building's garage door

Devanture des stations de métro - Front entrance of underground stations


 

2- Les vestiges de la Chapelle Saint Nicolas - Saint Nicolas Chapel Vestige

Rue des Roches, Auvers-sur-Oise

 

A l’entrée du hameau de Valhermé, dans un espace resserré entre le vieux chemin et la roche, s’élèvent les ruines d’une chapelle qui survécut  à l’ancienne maladrerie de Saint-Nicolas d’Auvers, dont elle faisait partie. Elle servait encore au culte au début du XIXe siècle. Elle était et reste encore pittoresque, les artistes l’ont souvent dessinée et gravée

 

At the entrance to the hamlet of Valhermeil, in a narrow space between the old pathway and the cliff, you will see the ruin of a chapel wich was part of the Auvers Saint-Nicolas's old lepers hospital. It was used as a place of worship at the begining of the XIX century. It was and still is picturesque and many artists have drawn and done engravings of it.

 

 

Dessin de la chapelle - Drawing of the chapel

Façade de la chapelle - Front of the chapel

 


 

3- Le cloître - The cloister

72 Rue de Pontoise, Auvers-sur-Oise

 

Installé sur le domaine entourant une maison de la fin du XIXe siècle avec sa mosaïque de style « Bains-douches », ce cloître provient des Pyrénées centrales. Acheté pierre par pierre par le propriétaire à la suite d'un voyage dans le sud de la France, il est transporté à l'initiative de celui-ci en 1924. Le marbre des Pyrénées des colonnes jumelées y est associé au ciment des maçons du début du XXe siècle, contraints de boucher l'emplacement des pierres manquantes.

 

Built on an estate surrounding a house dating from the end of the XIX century with it's "Bains-douches" mosaic style, this cloister comes from the region Pyrénées centrales. It was bought stone by stone by the proprietor after a holiday in the south of France and transported in 1924. The Pyrénées marble used for the twin colums is combined with cement used by masons at the beginning of the XX century, as they had to fill in spaces where some stones were missing.

 

 


 

 

4- La Porte des Colombières - The Colombières gateway

Rue Daubigny, Auvers-sur-Oise

 

Sous l'Ancien Régime, le village d'Auvers est constitué de grandes propriétés dont aujourd'hui les portes d'accès constituent les vestiges. Situés à l'actuelle Rue Daubigny, ces fiefs sont toujours implantés sur les hauteurs en raison des risques d'inondation, fréquents et importants, de l'Oise. Cette porte ouvre sur le Manoir des Colombières (Musée Daubigny). La porte d'origine, à créneaux, est encore parée de trois petites niches dont la fonction reste inconnue.

 

Under former regime, Auvers village was composed of large properties and today their gates characterize these vestiges. Situated in Rue Daubigny these fiefs are located high up because of the frequent flooding of the river Oise. The original gate with crenels is still ornamented with three small alcoves, the function of which is unknown. This gate opens up to the Manoir des Colombières now the Daubigny Museum.

 

 


 

5- La clef de voûte - The Keystone

56 Rue Rajon, Auvers-sur-Oise

 

Cette clef de voûte en forme de tête de sphinx provient probablement d'un des pavillons de l'Exposition universelle de 1889 qui s'était tenue à Paris. À l'issue de l’événement, les pavillons avaient été démantelés et certains morceaux vendus, comme ce fut le cas pour celui-ci.

Quand Van Gogh allait de l’Auberge Ravoux aux Chaumes de Cordeville, il passait par la Rue Rajon. Il a remarqué ce détail d’architecture insolite et s’en est inspiré, lui donnant six expressions différentes, dont l’une est comme une esquisse d’autoportrait.

 

This keystone shaped like a sphinx's head was probably one of the pavilions of the 1889 universal Exposition held in Paris. At the end of this event, the pavilions were dismantled and some pieces were sold as was this one.

When Van Gogh was going from Auberge Ravoux to the Chaumes de Cordeville, he went by the Rue Rajon. He remarked this unusual piece of architecture wich inspired him to give it six different expressions, one of which resembles a sketch of his own portrait.

 

 


 

6- Maison troglodyte

Rue Gachet, Auvers-sur-Oise

 

Construit à flanc de colline, le village d'Auvers compte de très nombreux habitats troglodytiques. Leur développement est lié à l'exploitation, jusqu'à la fin du XIXe siècle, des nombreuses carrières de pierre couvrant le territoire communal. Ces salles, souvent de taille assez importante, peuvent en effet servir à loger des familles entières d'ouvriers travaillant sur les chantiers. Le Dr Gachet, qui en possède une au fond de son jardin, en fait l'atelier où il a coutume de recevoir d'autres peintres.

 

Built on a hillside, Auvers village has numerous troglodytique home. Their development is connected to the exploitation of stone quarries just to the end of the XIX century in this rural district. These quiet often large spaces served as dwellings for whole families who worked on these sites. Doctor Gachet owned one of these dwellings at the bottom of his garden and he turned it into his artist's studio where he welcomed many artists.

 

 


 

7- La Tour Montcel

34 Rue du Montcel, Auvers-sur-Oise

 

Cette demeure est caractérisée par la cohabitation de deux architectures d'époques différentes.

La tour en elle-même daterait du XIIIe siècle et devait servir initialement de moulin ou de colombier.

La maison, construite au milieu du XIXe siècle, a notamment été la résidence du peintre américain Sprague-Pierce. Enterré à Auvers, il entretenait des rapports assez tumultueux avecVincent Van Gogh.

 

 


 

8- Le Pont

Rue Daubigny, Auvers-sur-Oise

 

Ce pont est l'un des rares vestiges d'une ancienne ferme seigneuriale.

Les terrains de celle-ci s'étendant de part et d'autre d'un cours d'eau, cet ouvrage permettait de passer de l'un à l'autre.

La reine Adélaïde de Maurienne, devenue veuve du roi Louis VI le Gros en 1137, s'établit sur ce domaine. Elle n'y réside toutefois que peu de temps avant de se remarier.

 

 


 

9- La Croix Montcel

Rue du Montcel, Auvers-sur-Oise

 

Un nombre important de croix est regroupé sur le territoire de la commune d'Auvers. Celle-ci est la plus ancienne, les autres datant du XIXe siècle.

Appelés croix de mission, ces monuments marquent chacun un point extrême d'une procession, appelée rogation, dont le but était d'attirer les bénédictions divines sur les travaux des champs et les récoltes.

Réalisée une fois par an, cette cérémonie se pratique jusqu'au début du XXesiècle, disparaissant avec l'interdiction de toute manifestation religieuse en plein air.

 

 


 

10- La Bouchonnière

2 Sente des Calpons, Auvers-sur-Oise

 
Ce bas-relief, réalisé dans le style 1800, comporte l'inscription « La Bouchonnière ». Au début du XXe siècle, « bouchonner » les chiens désigne l'action de les nettoyer à l'aide d'un bouchon, c'est-à-dire une sorte de faisceau de paille, avec lequel on les frottait. Ce traitement est alors réservé aux chiens de petite taille, d'où la représentation de l'un d'eux sur le relief. Ce service s'adresse à une clientèle de luxe de plus en plus présente à Auvers, notamment grâce au développement de la voiture et du train.
 

 


 

11- L'ancienne poste

Rue du Général De Gaulle, Auvers-sur-Oise

 

Depuis 1824, Auvers était desservie par le bureau de poste de Pontoise. Lors de l'ouverture de la ligne de chemin de fer, permettant une transmission plus rapide des lettres et dépêches, la municipalité demande, en avril 1859, qu'un bureau soit installé à Auvers. En décembre 1861, lorsqu'il est question d'installer un bureau de poste à Méry, il est rappelé combien il est peu logique que la commune d'Auvers soit obligée d'aller chercher son courrier à Méry alors qu'il est possible de le recevoir directement du train. Le 1er mai 1881 est enfin inauguré le premier bureau de poste d'Auvers, tandis qu'une cabine téléphonique est installée le 7 juillet 1900. 

 

 


 

12- Le panneau publicitaire

Café de la Paix, 11 Rue du Général De Gaulle, Auvers-sur-Oise

 

En 1956, le cinéaste américain Vincente Minnelli réalise La Vie passionnée de Vincent Van Gogh, film dans lequel Kirk Douglas incarne Van Gogh. Ce panneau publicitaire, tronqué dans sa partie gauche, est peint à l'occasion de la sortie du film dans les salles. Réalisé à l'origine pour une grande salle de cinéma parisienne, il est par la suite déposé au Café de la Paix, à Auvers, où une partie du film a été tournée. Ce café est aussi le premier café-cinéma d'Auvers, au début du XXe siècle.

 

 


 

13- La ferme seigneuriale

4 Rue Marceau, Auvers-sur-Oise

 
Ce corps de bâtiment constitue le seul élément subsistant du fief de Fours, importante seigneurie avec manoir, concédée vers 1304 par Philippe le Bel à son fruitier, Adam de Valmondois. La façade est scandée de contreforts à larmier et comporte une ouverture murée en arc brisé avec traces de meneaux. Un plan de 1786 signale l'emplacement de la « ferme seigneuriale » au nord de l'église. L'édifice comporte à l'origine, ainsi que l'atteste ce document, une enceinte de tracé rectangulaire aux angles marqués par des tours rondes.
 

 


 

 

14- Maison de maître

Office de Tourisme, 38 Rue du Général De Gaulle, Auvers-sur-Oise

 

Composée de deux corps de bâtiment en équerre, cette maison de maître comporte un plan très régulier dans son élévation. Les murs sont enduits, avec des chaînes d'angle simulées, et des corps de moulures horizontaux rythment les niveaux. Dans ce décor relativement sobre, seule cette petite façade comporte deux niches et une lucarne à fronton cintré. La mise en valeur de ce côté de la maison s'explique par sa disposition dans le parc ; c'est en effet par cette façade que les étrangers abordaient la demeure.

 

url